Editorial du Secrétaire Général, Gilbert FOUILHE

, par udfo34

La réforme des retraites n’est pas enterrée.

Ce n’est pas une surprise mais nous en avons eu la confirmation. Le dogmatisme reprend ses droits, la crise n’aura pas provoqué l’électrochoc un moment espéré.

Cependant en dehors de la satisfaction des financiers et des assureurs nous sommes en droit de nous poser la question sur la démence de notre Président.

Après le mois et demi d’arrêt de l’économie Au moment où des complications pour de nombreuses entreprises apparaissent. Est-il raisonnable de provoquer la réaction des organisations syndicales ?

La concertation qui va avoir lieu durant l’été est inutile tout a été dit sur l’âge pivot et sur la retraite à point.

À quoi bon consulter à nouveau les organisations syndicales ?

Les entreprises pourront-elles subir à nouveau le blocage de l’économie. Macron ne souhaite -t-il pas provoquer une guerre civile entre ceux qui désirent vivre et ceux qui ne veulent pas mourir misérables ?

J’ai conscience d’employer des mots forts mais c’est réellement ce que je pense.

Edouard Philippe est reparti dans sa bonne ville du Havre. Jean Castex arrive de nos belles terres occitanes. Le maire de Prades va devoir négocier tout l’été pour essayer de trouver un compromis avec les organisations syndicales afin d’essayer de proposer une nouvelle version de la réforme des retraites par points. La tâche est impossible, même la CFDT et Laurent Berger n’en veulent plus.

Le problème majeur est celui de l’emploi, celui d’éviter la crise économique majeure qui se présente devant nous. Les PSE succèdent aux PSE.

En aucun cas l’intérêt de la nation ne peut être dans l’égocentrisme d’un Président, même si celui-ci est vexé d’avoir eu une opposition à une réforme phare de son mandat.

Nous souhaitons tous que la raison finisse par l’emporter.

L’autre enjeu majeur c’est d’éviter la tentation de l’austérité.

Certes la dette prend du poids, la CADES gonfle considérablement mais vouloir s’y opposer serait criminel. Les conséquences en termes d’emplois et de vies brisées seraient énormes.

Gardons la tête froide, c’est le message qui devrait être adressé à ce gouvernement.

Elisabeth Borne devient la nouvelle Ministre du Travail, c’est elle qui devra appliquer ou chercher un compromis impossible sur les retraites.

Nous sommes résolument opposés à cette réforme par points et nous le resterons.

Dans ce gouvernement nous avons noté la présence de De Montchanin une marcheuse fidèle et chargée de la transformation et de la Fonction Publique. S’il y a toujours eu une Ministre de la Fonction Publique, il n’y a jamais eu un Ministre de la transformation de la Fonction Publique.

Encore une raison de rester mobilisés.

L’été, même s’il est chaud ne doit pas ramollir notre détermination. Nous avons toutes les raisons pour rester mobilisés et faire échec à ce baroud suicidaire.