MOBILISATION DU 10 DÉCEMBRE

, par udfo34

Chères et chers camarades,

Incontestablement, la grève lancée le 5 décembre et les manifestations associées ont été un succès exceptionnel.

FO a joué son rôle dans l’expression des analyses tant de l’enjeu de la réforme et des raisons de notre opposition– que de la forme de la mobilisation. FO a très tôt et de façon claire porté publiquement la question de la grève interprofessionnelle. Aujourd’hui plus que jamais cette question est d’actualité.

Cette situation a contraint le gouvernement à devoir réagir plus rapidement que prévu, le Premier ministre ayant pris la parole ce vendredi 6 décembre. De l’Allocation du Premier Ministre, il faut retenir essentiellement
- d’une part un affichage du maintien de l’objectif d’un système universel de retraite par points
- d’autre part la reprise des mêmes éléments de langage que ceux utilisés jusqu’alors. En rien il n’a répondu aux objections précises et argumentées que FO et l’intersyndicale n’ont eu de cesse d’exprimer, sans être jamais contredites. Il n’a pas plus répondu aux revendications précises déposées par FO.

On peut aussi noter que le Premier Ministre, tout en qualifiant de « fake news » les simulations mettant l’accent sur des baisses des pensions, n’hésite pas lui-même à reprendre de fausses vérités.

Ainsi il affirme que les français partiraient d’eux même plus tard alors qu’il sait qu’en réalité il s’agit de l’âge moyen de liquidation de la retraite. Or, nombre de salariés qui liquident leur retraite ne sont plus en activité. Cela vaut d’ailleurs pour le pourcentage affiché des femmes qui devraient attendre 67 ans pour partir, alors que là aussi il s’agit plus souvent de la liquidation de la pension.

Quant aux réponses aux mobilisations, le Premier Ministre a mis l’accent sur les secteurs où la grève a été la plus forte en particulier les régimes spéciaux. Là encore, le gouvernement est dans la posture de la stigmatisation visant à opposer les uns aux autres. Ce que nous refusons, le refus de la réforme est général et ne concerne pas que les régimes spéciaux.

Sans reprendre la clause dite du grand père, il évoque un report de la mise en œuvre de la reforme à des générations postérieures, on irait de la génération 1963 à la génération 1973. Le Premier Ministre dit : « On ne change pas les règles en cours de jeu pour ces catégories », Alors que tout change, les retraites et les pensions vont devenir misérables pour nous conduire à des fonds de pension. Les salariés affiliés au régime général de la sécurité sociale verront remis en cause à la fois le calcul en annuités, les 25 meilleures années et le bénéfice d’une retraite complémentaire gérée par la négociation collective ! Cela est la preuve que le projet est dangereux pour toutes et tous, à commencer par la majorité des salariés qui relèvent du régime général !

Les jours à venir vont être très importants.

Pour ce qui nous concerne nous avons immédiatement donné le signal de l’importance de conserver le caractère interprofessionnel de la grève en saluant celles et ceux qui ont immédiatement décidé de la reconduction de la grève. Nous y voyons un encouragement pour l’ensemble des salariés qui se sont inscrits dans la mobilisation dès le 5 décembre. De nombreuses assemblées générales ont été réunies lundi et mardi. Des actions de grève et débrayages ont été décidées au-delà des seuls secteurs des transports. Nous devons nous féliciter que le communiqué de l’intersyndicale ait repris la nécessité de l’accent mis sur la continuité de la mobilisation et la reconduction de la grève. Les manifestations d’aujourd’hui, 10 décembre, s’inscrivent dans cette continuité. Elles seront suivies avec la plus grande attention par le Gouvernement. Nous maintenons la pression le Premier Ministre devrait annoncer la position du gouvernement le 11 décembre. Voyant qu’on ne lâche rien, il faudra qu’il change d’avis.

En avant toutes et tous pour le retrait.